Retour rol stop Automatische modus

Waterinjectie: begrip en wetenschappelijke verklaringenHet uitvoeren van een testbank

proces van begrijpen: de assemblage van ideeën, onderzoek, analyse ... fysisch-chemische aspecten.
Avatar de l'utilisateur
Christophe
Modérateur
Modérateur
berichten: 46044
Inschrijving: 10 / 02 / 03, 14: 06
Locatie: planet Serre
x 257
Neem contact op met:

Message non lupar Christophe » 01 / 12 / 04, 22: 33

N'oublies pas que l'électricité a été découverte par l'électricité statique issu du frottement de 2 matériaux "'electrosensible" ( je sais plus le terme exact )...le frottement est donc une des cause de l'electricité (electrisation plutot ) mais évidement pas la seule ni la plus efficace...

Je ne pense pas que l'opposition des flux soit à l'origine de l'electrisation/magnétisation du réacteur...et il faut encore me prouver que l'effet n'existe pas en flux non opposés...
0 x
Was dit forum nuttig of raadzaam? Help hem ook zodat hij je gratis kan blijven adviseren! De artikelen, analyses en downloads op het redactionele gedeelte van de site, te publiceren van jou!

Kameel
Ik ontdekte econologic
Ik ontdekte econologic
berichten: 7
Inschrijving: 17 / 11 / 04, 00: 11

Message non lupar Kameel » 02 / 12 / 04, 00: 41

Salut à tous!

Bon, étant donné les différentes interventions sur ce fil, je pense que je vais pouvoir intégrer vos remarques dans le pdf. Je vais en profiter pour le remanier quelque peu, dans sa forme, considérant que pour le fond (à savoir carctériser le réacteur), nous sommes d'accord.javascript:emoticon(';)')

Cette partie du message s'adresse à Christophe...

Au sujet de la forme "informatique", j'avais choisi le format pdf, car il permet de mêler le texte et l'image sans problème, dans un seul document. D'un autre côté, sa révision ne peut être réalisée que par son auteur (moi !).

Celà me pose un problème, car dans mon idée, il s'agissait d'une oeuvre collective, abondée par ceux qui seraient interessés.
Dans l'état actuel des choses, c'est moi qui vais prendre en charge la mise à jour de ce document.
N'ayant pas d'idée précise sur une manière moins centralisatrice de le faire, je veux bien assumer celà, dans la mesure où je me vois mal te demander à toi, Christophe, de t'en occuper... le site econologie, de par sa taille et le nombre de messages, me semble devoir être pour toi une charge de travail quotidienne énorme, donc acte !

Je pense garder pour l'instant le format pdf, que tout le monde peut lire, mais pourrait également le faire parvenir sous forme Word (.doc) si nécessaire.
Fais le moi savoir...

Enfin, et pour tout le monde, si vous penser à certaines choses que vous jugez important d'inclure dans le document, n'hésitez pas à poster ici, ou à m'envoyer un courriel à \[EMAIL=blanc2002@free.fr\]blanc2002@free.fr\[/EMAIL\]
N'oubliez pas de mettre un objet clair, car je supprime systématiquement tout les messages sans objet, ou avec objet "foireux" (spam, virus, et autres joyeusetés...)

Pour ce qui est de l'électricité statique, n'oublions pas qu'il s'agit de l'arrachement d'électrons d'un matériau porteur par le frottement d'un autre matériau. Les électrons ayant migrés se trouvent dès lors piégés par le matériau récepteur (d'où le nom "charge statique").

Dans le cas du réacteur, on sait d'après certains expérimentateurs qu'une aimantation apparait en cours de fonctionnement.
Celà avait été évoqué, me semble t'il, sur le défunt formu PMC.
Nous savons qu'un électron libre, circulant avec une vitesse V, développe un champ magnétique tout à fait détectable et mesurable. S'il s'agit d'un flux important de particules (cas du réacteur), ce champ devient détectable avec une simple boussole. On pourrait donc très bien le mesurer avec un gaussmètre.
De même que le champ électrique (avec un électromètre).

On peut considérer que si un plasma est produit lors de cette réaction, l'analyse de l'activité électrostatique et magnétique pourrait peut-être nous guider dans nos efforts d'optimisation de la réaction, et sortir du mode "pifométrique" dans la conduite des essais.

Je considère qu'il est temps de passer à la phase de concrétisation, puisque maintenant, tout ce que nous pouvons faire, c'est spéculer à l'infini sur la théorie, alors que nous avons besoin d'éléments tangibles issus d'expérimentations en grandeur réelle pour avancer.

J'ai vu ailleurs sur éconologie que d'autres pantoniseurs réalisaient un banc d'essais avec moteur thermique. Peut-être pourrions-nous joindre nos efforts, et pourquoi pas, s'ils en sont d'accord, centraliser chez eux les éléments nécessaires à la réalisation de ce banc de test...javascript:emoticon(':rolleyes:')


Voilà, c'est tout pour l'instant !

Met vriendelijke groet,
Michel Lathuraz
0 x
Avatar de l'utilisateur
krissg29
Ik begrijp econologic
Ik begrijp econologic
berichten: 80
Inschrijving: 07 / 11 / 04, 21: 26
Locatie: Finistere center

Message non lupar krissg29 » 02 / 12 / 04, 00: 53

kleine precisie

le frottement est donc une des cause de l'electricité (electrisation plutot ) mais évidement pas la seule ni la plus efficace


Je dirais plutôt que l"électricité" est une conséquence du frottement. Et en fait d"électricité", ce sont des électrons qui sont "arrachés" aux matières en frottement et qui donnent de l'électro-magnétisme aux objets frottés : un des objets a trop d'électrons par rapport à l'autre et les 2 objets peuvent s'attirer. S'ils restent en contact suffisamment longtemps, les électrons en trop se retrouvent sur celui qui en avait perdu et l'aimantation disparait. Ca c'est le courant électrique

Le magnétisme d'un aimant vient de l'orientation du moment magnétique de ses électrons. Un électron qui tourne autour de son noyau est équivalent a un courant électrique dans une bobine: ça génère un champ magnétique. Quand les électrons d'un atome tournent plutôt dans un même sens, la somme de leur champ magnétique n'est pas nulle et l'atome est "magnétique" tout en étant électriquement neutre (autant de protons que d'électrons)

Théoriquement, l'électrisation du réacteur viendrait donc du frottement des gaz (admission et échappement à l'intérieur et à l'extérieur du réacteur). Sachant que de 2 matériaux en frottement, c'est toujours le même qui perd des électrons, il serait intéressant de trouver des matières pour le tube et la tige du réacteur qui favorise l'électrisation de l'ensemble (si elle a quelque chose à voir avec la production du plasma). C'est-à-dire, par exemple, si le gaz GEET a tendance à perdre des électrons, il faudrait que le tube ait tendance à en perdre encore plus et la tige a en gagner (histoires d'ions positifs et négatifs pour ceux qui se rappellent un peu les cours de chimie). Ca permettrait de mesurer l'électrisation (le plasma?) avec un voltmètre.

Et pour l'électrisation par l'opposition des flux, j'avais tord (ça sert de se replonger dans les bouquins).

Christophe
0 x
Het moet niet worden verward en ingenieuze ingenieur


Terug naar "Water Injection: begrip en wetenschappelijke verklaringen"

Wie is er online?

Gebruikers op dit forum: Geen geregistreerde gebruikers en gasten 2

Populaire zoekopdrachten